mardi 19 septembre 2017

FFME's story

Bonjour mes amis,
Je tiens ici à faire le point sur la saga FFME avant que les ayatollahs de cette structure ne vous inondent de leur version quelque peu sectaire et orientée.
Comme vous le savez, depuis 2011 notre club, dans une volonté consensuelle bien naturelle a fusionné les deux clubs préexistants ( MURMUR affilié à la FFME et le CAF Aurillac affilié à la FFCAM ). Les statuts ont été mis à jour pour préciser que les adhérents d'AURILLAC MONTAGNE ESCALADE auraient le choix de la fédération montagnarde auprès de laquelle ils souhaiteraient prendre la licence ( FFME ou FFCAM ).
L'objectif hautement louable de cette fusion était de rassembler dans une même communauté de valeurs et de moyens les pratiquants de l'escalade et plus largement les amoureux des activités de montagne. En effet quelle aberration la situation précédente qui consistait à se bagarrer pour les créneaux dans les gymnases, pour les dossiers d'aides…. alors que nous pratiquions ensemble sur le terrain!!
Notre volonté de rassembler les énergies a fonctionné à merveille puisque le club AME s'est développé de manière constante en créant ou élargissant les activités ( école d'escalade, public handicapé, cours adultes, sorties escalade, cascade de glace, ski alpinisme, évènement cantalycimes, compétitions, stages, raids, édition d'un topo d'escalade….. ); le nombre d'adhérents a progressé régulièrement pour atteindre près de 350 à ce jour ( dont 140 enfants à l'école d'escalade avec un taux de réinscription de 80% ).
Hélas, les représentants locaux de la FFME ( par jalousie?, par incompétence?…. ) ont décidé, plutôt que de profiter du dynamisme de notre club qui pourrait fédérer les pratiquants au niveau du département et créer une émulation, d'entamer une guerre contre nous pour discréditer notre club et au final le faire exclure de la FFME.
L'argumentaire fallacieux développé est que nos statuts ne seraient pas conformes aux objectifs de la FFME ( à signaler que nous n'avons eu aucune remarque de la FFCAM quant à notre double affiliation ).
Les différents conseils d'administration d'Aurillac Montagne Escalade ont constamment réaffirmé que nous ne souhaitions pas revenir sur nos statuts pour recréer deux sections, ce qui rétablirait au sein du club la confrontation stérile FFME/FFCAM et pourrait créer une ambiance délétère. en effet nous avons souhaité à notre petite échelle dépasser le clivage aberrant qui consiste au niveau national à avoir ces deux fédérations qui sont toujours en confrontation plus ou moins larvée.
Nous pensions faire oeuvre d'ouverture et d'anticipation sur ce qui ne manquera pas de se produire à terme: un regroupement des fédérations.
Erreur: la FFME par ses intervenants locaux, régionaux n'a cessé de nous inonder de mails calomnieux, mettant en cause pèle mêle la gestion du club, notre probité ( j'ai personnellement entendu un de ses représentants annoncer publiquement qu'il était là pour nous surveiller… ), les équipements, la réalisation d'un topoguide…, me mettant en cause nommément…..
TROP C'EST TROP!!
Nous avons décidé ( soutenus par l'implication et l'engagement des adhérents ) de ne plus entrer en négociation ( vouée à l'échec de toute façon ) avec ces personnes qui n'ont en fait qu'un but: mettre notre club au pas et piloter directement son fonctionnement, ses finances, ses activités.
Donc, comme nous ne sommes pas dociles, la FFME a décidé ( bien " drivée « par nos chers " représentants » ) de nous exclure, se privant ainsi ( mais ont-ils comme préoccupation les souhaits des pratiquants??? ) de 250 licenciés et de leurs cotisations ( il faut indiquer que la FFME ne nous verse aucune aide ).
Nous sommes donc toujours affiliés à la FFCAM
Je précise que les adhérents du club qui le souhaitent pourront toujours prendre une licence FFME hors club.
Merci de votre soutien

Jean-Pierre Force

PS: A titre personnel je me permets de penser qu'il est tout de même inconcevable qu'au pays des Droits de l'Homme une fédération qui est sensée représenter des pratiquants puisse dans ses statuts contrevenir aux lois fondamentales de 1882 et 1901 qui consacrent la liberté d'association et de pensée.
Je rappelle en outre que le 15 décembre 1995 la Cour de Justice des Communautés Européennes a condamné la Fédération Française de Football ( arrêt ¨Bosman¨) pour des dispositions contraires au droit européen basé sur la liberté individuelle.
Que la FFME se rassure; nous n'avons pas les moyens de porter notre affaire devant la justice européenne!

Aucun commentaire: